Projet

projet institutionnel

Fédérer les prestataires de soins pharmaceutiques hospitaliers et officinaux pour maintenir la sécurité des patients

 

« Avant de collaborer, il faut se connaitre et s’apprécier »

 

 

Messieurs,

 

La fédération Ville Hôpital des Pharmaciens de Bretagne (FVHPB) souhaite vous faire part de son programme d’action et de ses besoins en termes de financement pour l’année à venir.

 

Notre programme d’action s’articule autour des constats suivants :

 

La prise de conscience des dommages médicaux potentiels induits par la rupture du parcours de soins des populations entre le secteur médical libéral et hospitalier a été mise en lumière par l’OMS au travers du projet High 5s (1).

 

Ce constat amène les pharmaciens à s’impliquer davantage dans le maintien de la qualité des soins à ces points de transition comme l’atteste les expériences publiées de conciliation médicamenteuse, de créations de réseaux entre pharmaciens hospitaliers et officinaux ou encore la traduction législative de cette problématique au travers de la loi HPST (2,3,4,5). Les enseignements de ces expériences sont très enrichissants tant par leurs succès que par les limites qu’elles identifient (6). La pérennité de ces expérimentations est souvent compromise par le manque de moyens humains (la conciliation médicamenteuse est très chronophage), le manque de coordination préalable entre les pharmaciens d’officine et les pharmaciens hospitaliers, le manque de soutien institutionnel et de moyens financiers.

 

En Bretagne, la Conférence des Pharmaciens des Etablissements de Santé Bretagne et l’URPS des Pharmaciens de Bretagne, structures représentatives institutionnelles des professions pharmaceutiques hospitalières et libérales ont mené une enquête sur les relations et les pratiques entre ces prestataires de soins pharmaceutiques (résultats fournis en fichiers joints) (7). Ce retour d’expérience indique que si des expérimentations locales de coordination (souvent en lien avec les réseaux d’oncologie) et de conciliations médicamenteuses existent, ces 2 professions coexistent pratiquement sans relation, communication ou coordination.

 

L’organisation du circuit du médicament hospitalier « type » en Bretagne n’est pas directement prêt à intégrer la continuité des soins médicamenteux notamment par la faible implication pharmaceutique dans la gestion des traitements médicamenteux des patients à l’entrée ou à la sortie des établissements de santé. Le manque de lisibilité du fonctionnement hospitalier par les professionnels de santé libéraux est aussi un facteur limitant la continuité des soins. Des solutions technologiques reliant les pharmaciens de ville et d’hôpital telles que les messageries sécurisées sont en cours de déploiement dans notre région. Ce lien technologique suffit-il à faire travailler ensemble deux professions ?

 

Nos confrères anglo-saxons ont établis des recommandations de pratiques professionnelles décrivant comment ces professionnels devaient organiser les pratiques officinales et hospitalières pour améliorer le parcours de santé du patient (8, 9). Nous devons ensemble procéder à une réflexion régionale sur l’adaptation de nos pratiques pour favoriser la continuité de soins.

 

Afin de réconcilier les pratiques pharmaceutiques, la Conférence des Pharmaciens des Etablissements de Santé Bretagne et l’URPS des Pharmaciens de Bretagne ont décidé de créer une interface professionnelle associative désignée « Fédération Ville Hôpital des Pharmaciens de Bretagne  (FVHPB) ». Le bureau est composé de façon paritaire de pharmaciens hospitaliers et officinaux (statuts de l’association et composition du bureau consultables sur le site www.fvhpb.fr). Les objectifs de cette association sont de conjuguer les soins pharmaceutiques des praticiens du secteur libéral et du secteur hospitalier pour proposer et garantir des soins pharmaceutiques de qualité et accessibles aux usagers de la région Bretagne.

 

La dimension régionale de ce projet vise à faire évoluer simultanément les établissements de santé bretons et les pharmacies d’officine afin d’éviter la création d’inégalités territoriales. Les multiples expériences bretonnes recensées et l’implication manifeste des pharmaciens tant hospitaliers que libéraux dans les réunions préliminaires à ce projet présage d’une volonté forte d’évoluer dans les pratiques quotidiennes. Des pharmaciens référents dont le maillage permet une répartition par territoire de santé permet de décliner localement le plan d’action de la FVHPB (cf. fichier joint : Répartition des pharmaciens référents par territoire de santé)

 

Les soins pharmaceutiques hospitaliers et libéraux doivent également s’intégrer plus globalement dans l’offre de soins proposée aux bretons. Comme le souligne l’enquête menée par le Cemka Eval sur les besoins des professionnels de santé de premiers recours, la coordination avec les autres professionnels de santé, médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, diététiciens (et autres) devra également être recherchée (10).

 

L’intérêt porté par l’OMEDIT Bretagne tel qu’affiché dans son programme d’action de décembre 2012 est en faveur du déploiement de la FVHPB. L’appui financier et institutionnel de l’ARS à la conduite de ce projet constituerait un engagement fort de la tutelle auprès de la profession pharmaceutique bretonne.

 

Nos objectifs et besoins de financement pour la période 2013-2014 sont détaillés ci-après. Les objectifs à moyen et long terme sont également présentés dans les pages suivantes mais un plan d’action et des besoins financiers plus précis feront l’objet d’une planification ultérieure à l’occasion du bilan annuel. Les actions, leurs importances relatives ainsi que le calendrier de mise en œuvre émanent directement des professionnels de la pharmacie. Ce programme est donc le projet d’une profession, fortement mobilisée autour de la qualité des soins médicamenteux apportés aux patients.

 

Nous restons à votre disposition si vous désirez des compléments d’information.

 

Nous vous prions de croire en l’expression de notre considération.

 

 

Cordialement

Thème: Développer la relation et la coopération des structures hospitalières avec la ville pour la prise en charge médicamenteuse des patients

 

Fédérer les prestataires de soins pharmaceutiques hospitaliers et officinaux pour maintenir la sécurité des patients

 

« Avant de collaborer, il faut se connaitre et s’apprécier »

 

Les patients bénéficient d'une meilleure lisibilité du fonctionnement des pharmacies hospitalières auprès des pharmaciens libéraux

 

Organisation des rencontres par territoire de santé : les pharmaciens des établissements de santé et les pharmaciens d’officine se connaissent. Les pharmaciens d’officine sont invités à visiter la ou les pharmacie(s) hospitalière(s) de leur secteur afin de mieux comprendre leur(s) fonctionnement(s).

 

 

Des outils améliorent la lisibilité du parcours du patient et sa prise en charge médicamenteuse lors de son hospitalisation.

 

 

 

 

Les pharmaciens hospitaliers et libéraux disposent d’une messagerie sécurisée afin de pouvoir communiquer.

 

 

Les patients bénéficient des soins pharmaceutiques d’un pharmacien « référent » (ou d’une pharmacie d’officine) dont l’identification est facile du point de vue hospitalier

 

Un pharmacien d’officine « référent » (ou la pharmacie d’officine dans laquelle il exerce) est désigné par le patient afin qu’un interlocuteur soit identifié.

 

Réalisation et mise en œuvre à moyen terme (du 2ème semestre 2014 au 2ème semestre 2016)

 

 

Les patients bénéficient d’une organisation entre la ville et l’hôpital qui permet la continuité de son traitement médicamenteux.

 

Une fiche de liaison interpharmaceutique permet la transmission d’information entre pharmaciens d’officines et pharmaciens hospitaliers.

Ex : les patients traités par clozapine bénéficient d’un suivi des Numérations Formules Sanguines coordonnés entre les pharmaciens d’officine et les pharmaciens hospitaliers.

Ex : les patients atteints de la maladie de parkinson

 

Les patients bénéficient des avancés en liens avec le dossier pharmaceutique (DP) exploité tant  en pharmacie d’officine qu’en pharmacie hospitalière.

Ex : La qualité de l’information transmise par le DP est évaluée

Ex : Un tutoriel est rédigé de sorte de faciliter la mise en place du DP au sein des établissements

Ex : Une aide financière à l’installation du DP est réalisée

 

Les pharmaciens d’officine et hospitaliers utilisent les outils mis en place auprès des autres acteurs de la médecine libérale médecins, infirmiers, kinésithérapeute, diététicien, … etc

 

 

Les patients bénéficient d’une organisation entre la ville et l’hôpital basée sur les démarches qualités

 

Les patients bénéficient d’une prise en charge sécurisée par le biais du retour d’expérience

Ex : Gestion et analyse des situations d’erreurs)

Ex : Intégrer les conséquences cliniques du livret hospitalier sur les pratiques de ville

Ex : Les professionnels de la pharmacie peuvent se référer à un manuel qualité transversal ville-hôpital sur la prise en charge médicamenteuse

 

 

Réalisation et mise en œuvre à long terme (2016-2018)

 

 

Les patients bénéficient des démarches de conciliation médicamenteuse lors de leurs entrées ou de leurs sorties des établissements de santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet

Les pharmaciens souhaitent s’impliquer davantage pour maintenir la qualité des soins aux points de transition du parcours de santé des populations entre le secteur libéral et hospitalier .

Les expériences de conciliation, de création de réseaux entre pharmaciens hospitaliers et officinaux identifient les freins pour atteindre cet objectif dont la pérennité est souvent compromise par le manque de coordination préalable entre professionnels, de soutien institutionnel, de moyens financiers et humains.

 La Conférence des Pharmaciens des Etablissements de Santé Bretagne et l’URPS Pharmaciens en Bretagne ont enquêté sur les pratiques entre pharmaciens hospitaliers et libéraux. Au-delà de quelques expérimentations, ces 2 professions évoluent pratiquement sans relation ou coordination. Le circuit du médicament hospitalier « type », peu lisible du point de vue libéral, n’intègre pas d’emblée la continuité des soins médicamenteux.

 Afin de réconcilier les pratiques pharmaceutiques, l’URPS Pharmaciens en Bretagne et la Conférence des Pharmaciens des Etablissements de Santé Bretagne ont décidé de créer une interface professionnelle désignée « Fédération Ville Hôpital des Pharmaciens de Bretagne » dont les objectifs sont de conjuguer les efforts hospitaliers et libéraux pour proposer des soins pharmaceutiques de qualité.

 Apprendre à se connaître est un préalable à un travail effectif de terrain. Se connaître est notre objectif 2013-2014 afin d’amener les pharmaciens d’officine et hospitaliers d’un même territoire de santé à créer les conditions favorables pour travailler ensemble et utiliser des outils de communication accessibles pour tous.

Ajouter un commentaire